Crédit photo: Lila Maitre

Samedi dernier, le 5 septembre, la journée était parfaite pour accueillir l’exposition en plein air Adventice au parc Maisonneuve, coordonnée par le collectif Aussenwelt. Plusieurs dizaines de peintres, musicien.nes et photographes ont présenté leurs œuvres le temps d’un après-midi. 

Trois mètres de distance séparaient les différent.es artistes membres ou invité.es du collectif Aussenwelt venu.es présenter leurs différents travaux. Du live painting à la photographie en passant par la céramique, les oeuvres exposées ne manquaient pas de diversité et d’originalité. L’exposition prenait place au milieu du parc Maisonneuve, entre les familles partageant un barbecue et les Montréalais.es venu.es profiter des rayons de soleil de fin d’été. 

Regroupé.es en cercle, les exposant.es présentaient leur art sur des tables, en suspension sur des branches d’arbre ou à même le sol. Certain.es participaient pour la première fois à un événement du collectif. C’est le cas de Marie-Christine Le Vey qui exposait ses illustrations, ses peintures et ses T-shirts brodés. «Il y a une bonne diversité d’artistes. C’est assez libre, je trouve ça cool que ça soit inclusif. Il y a une volonté de partager et de créer une communauté», mentionne-t-elle.

L'artiste, Marie-Christine Le Vey. Crédit photo: Lila Maitre

«L’idée, c’est d’essayer de rémunérer les artistes, de les mettre de l’avant, en créant une structure et de leur  donner un maximum de visibilité», explique Morgan Buchoux, fondateur et directeur artistique d’Aussenwelt. 

Le groupe a vu le jour en décembre 2018 et était formé d’ami.es artistes qui organisaient des évènements. Puis, au fur et à mesure, le mouvement a grossi et est aujourd’hui composé d’une trentaine de créateurs et créatrices. Le collectif, à but non lucratif, a orchestré cinq expositions plus importantes. La dernière, avant le confinement, rassemblait une soixantaine d’artistes et comprenait de la performance, des DJs et de la voltige. 

«La personne qui vient dans ce genre d’évènement-là, elle a accès à tous les médiums. Le but, c’est de fournir vraiment une expérience au spectateur», précise le fondateur.

La pandémie actuelle a rendu plus compliqué l’organisation d’expositions dans des galeries ou autres lieux à l’intérieur, le parc Maisonneuve était alors un moyen de se rassembler tout en respectant les normes sanitaires.

L'artiste, AXL. Crédit photo: Lila Maitre

Une exposition diversifiée

Le ou la visiteur.euse pouvait en effet profiter de plusieurs types d’art et d’activités, il lui était possible d’être un.e témoin de la production d’une oeuvre puisque plusieurs artistes proposaient du live painting

L’artiste visuelle AXL a joué au jeu de la création en direct, en dessinant une figure par dessus un fond préalablement préparé, tout comme le peintre Mephisto Bates qui travaillait à l’acrylique sur une toile de 18 pieds de long posée directement sur le sol. Cette peinture abstraite n’est, selon ce dernier, pas réfléchie avant sa production mais élaborée selon son intuition.

L'artiste, Mephisto Bates. Crédit photo: Lila Maitre

D’autres médiums prenaient place lors du rassemblement. Les photographes Joseph Dahdah et Mr. Philings ont pu exposer leurs travaux. Le premier, d’origine libanaise, proposait plusieurs petites photographies argentiques de rue provenant de Montréal ou de ses voyages en France et au Guatemala. Le second s’intéresse également aux images prises en extérieur, mais centrées sur le thème de la solitude notamment dans les grands espaces.

Le céramiste Thomas Lacroix, de son côté, présentait ses bols, dont les motifs s’inspirent entre autres de l’univers de la bande dessinée et de la nature.

Des concerts se déroulaient également pendant la durée de l’évènement. La trompettiste Violet Hébert a pu jouer devant les exposant.es et les visiteur.euses, tout comme le chanteur Issa Karim et d’autres musicien.nes. 

Le regroupement réservait quelques surprises puisque le barbier Above the (i)eye, également membre du collectif, était présent et proposait ses services. Il était aussi possible de manger ou prendre une boisson grâce au triporteur Vélo Café & Pop-up Culture.

L'artiste, Thomas Lacroix. Crédit photo: Lila Maitre

Un tremplin pour les jeunes artistes 

«Aussenwelt est un organisme à but non lucratif œuvrant dans le but de promouvoir l’art local émergeant», peut-on lire dans la description de l’évènement Facebook.

Beaucoup d’artistes présent.es sont au début de leur carrière et ont profité de ce rassemblement pour s’offrir de la visibilité. C’est le cas de Yannick Filion qui est venu exposer ses peintures. Pendant un an, il a produit une série de tableaux inspirés de ses émotions avant de décider de les montrer au public par le biais du collectif.

L'artiste, Yannick Filion. Crédit photo: Lila Maitre

«Le but, c’est vraiment d’amener un appui aux initiatives des artistes, non seulement d’organiser les évènements, mais aussi de les soutenir dans leur projet, que cela soit par l’enregistrement live de musique, par le fait de photographier leurs toiles ou d’offrir de l’aide pour la construction d’un site web», explique Johan Goyer, peintre et membre d’Aussenwelt. 

D’autres expositions du collectif sont à prévoir. Un vernissage est en attente d’une date et un bazar prendra place mi-octobre avec plusieurs artistes exposant.es.

Merci de solliciter l’accord avant d’utiliser les photos. Tous droits réservés Lila Maitre.

Share on facebook
Facebook