Courtoisie: Fondation PHI - Facebook. Rajni Perera, «Ancestor 1», 2019. Technique mixte sur papier. Avec l’aimable permission de l’artiste et de la Patel Brown Gallery, Toronto.

Présentée à la Fondation PHI jusqu’au 29 novembre 2020, l’exposition RELATIONS: la diaspora et la peinture propose les œuvres d’une vingtaine d’artistes provenant de la diaspora. 

Sur le site de la Fondation PHI, un article de Marie-Hélène Lemaire, intitulé Identités diasporiques: une poétique de la relation et de la dispersion, aborde la diaspora en y expliquant que ce terme réfère aux populations dispersées depuis une terre d’origine, que cette migration soit volontaire ou non. Les causes et contextes étant multiples, les expériences le sont également. C’est pourquoi les œuvres présentées dans cette exposition sont si diversifiées autant entre elles qu’en elles-mêmes. Ici, deux artistes de l’exposition ont retenu notre attention: Rajni Perera et Marigold Santos

Rajni Perera

Originaire du Sri Lanka et vivant à Toronto, Rajni Perera est une artiste contemporaine dont le travail tire ses racines dans «les questions d’hybridité, de sacrilège, d’irrévérence, de sciences indexicales, d’ethnographie, de genre, de sexualité, de culture populaire, de divinités, de monstres et de mondes oniriques.»

Dans une entrevue vidéo organisée par la Fondation PHI, Rajni Perera parle de ses toiles Ancestor 1 et 2, deux de ses oeuvres présentées lors de l’exposition RELATIONS: la diaspora et la peinture. Ces peintures témoignent en fait d’un ancêtre post-humain, d’une mutation vers le futur. À cela, se mêlent les questions de la résilience, de l’incertitude et des changements climatiques, ce qui permet alors de former une œuvre composée de couleurs pigmentées laissant ainsi émaner une profondeur et une chaleur puissante. 

Instagram will load in the frontend.
" data-instgrm-version="13" style=" background:#FFF; border:0; border-radius:3px; box-shadow:0 0 1px 0 rgba(0,0,0,0.5),0 1px 10px 0 rgba(0,0,0,0.15); margin: 1px; max-width:540px; min-width:326px; padding:0; width:99.375%; width:-webkit-calc(100% - 2px); width:calc(100% - 2px);">

Marigold Santos

Présentée dans le cadre de l’exposition RELATIONS: la diaspora et la peinture, l’artiste Marigold Santos est originaire des Philippines et habite maintenant à Montréal et Calgary. À travers ses œuvres dans lesquelles nombreux médiums sont convoqués (peinture, sculpture, dessin, technique mixte, etc.), les questions de la migration, des mémoires personnelles, mythiques et culturelles sont abordées. La figure du aswang, appartenant au folklore philippin, est souvent présente dans son art. Il s’agit d’une représentation floue entre un vampire, un loup et une sorcière qui est à la base de multiples légendes et mythes. Dans cette exposition, les toiles mises en lumière semblent s’inspirer de cette figure, mêlant à la fois racines culturelles et héritage mythique. 

Marigold Santos s’est d’abord fait connaître comme artiste visuelle et, par la suite, comme artiste tatoueuse. Dans un court vidéo sur CBC, elle y explique sa démarche et son art. Le tatouage lui permet d’avoir un contact personnel avec d’autres personnes, avec leurs expériences, ce qui influence grandement ses créations artistiques.

Instagram will load in the frontend.
" data-instgrm-version="13" style=" background:#FFF; border:0; border-radius:3px; box-shadow:0 0 1px 0 rgba(0,0,0,0.5),0 1px 10px 0 rgba(0,0,0,0.15); margin: 1px; max-width:540px; min-width:326px; padding:0; width:99.375%; width:-webkit-calc(100% - 2px); width:calc(100% - 2px);">

La Fondation PHI, un lieu d’éducation et d’échange

Depuis plusieurs années, la Fondation offre une variété d’ateliers éducatifs qui permettent de favoriser l’apprentissage, notamment par l’exploration et par la discussion libre et inclusive. Présentement, dans le cadre de l’exposition RELATIONS: la diaspora et la peinture, l’atelier: un imaginaire commun s’interroge sur la provenance de certaines chansons apprises lors de l’enfance et sur l’impact de la colonisation sur la culture. Offert à tous les samedis jusqu’au 28 novembre, cet atelier est gratuit, il ne suffit que de réserver afin d’y participer. Rendez-vous sur le site pour plus d’informations

En vous rendant à la Fondation PHI afin de visiter l’exposition RELATIONS: la diaspora et la peinture, vous pourrez découvrir ou revoir plusieurs artistes contemporains de la diaspora et en apprendre plus sur comment les parcours migratoires, les héritages culturels et les mémoires personnelles et collectives viennent teinter et faire évoluer leurs démarches artistiques. 

L’exposition est accessible jusqu’au 29 novembre 2020 et c’est gratuit! N’oubliez pas de réserver sur le site web avant de vous présenter.

Share on facebook
Facebook