Courtoisie: Alex Coma

Créer de l’art pour se transformer soi-même : Entrevue avec l’artiste Alex Coma

Les portes des galeries et des musées rouvrent dans la ville de Montréal. En conjonction avec l’événement heureux, une question me vient à l’esprit: comment fait-on pour garder l’éclat de la créativité? Dans un moment sobre où un sommeil profond tombe sur la culture, comment raviver l’esprit? La connaissance du soi, l’apprentissage sur son inconscient, le rattachement des symboles spirituels à notre vie, toutes ces thématiques sont abordées dans l’art d’Alex Coma.

Artiste mystique, il explore le plus profond de son univers intérieur avec ses peintures à l’huile. Ses expositions du passé recréent un univers imbu de symboles ésotériques, encourageant le ou la participant.e à se joindre au monde de la magie et du divin.

Rencontre avec l’artiste qui nous parle de son cheminement artistique, de ses inspirations et de ses récents projets.

Le sujet principal de ton art s’attache au monde spirituel. Qu’est-ce qui t’a incité à commencer cette recherche?

Depuis que je suis conscient de moi-même, je me suis posé des questions qui m’ont amenées toujours plus loin… Une bonne manière de manifester son futur est de se poser des questions qui créent un vide dans l’inconscient, pour que celles-ci attirent ensuite les réponses dans nos vies.

Quand j’étais jeune, j’ai toujours eu un intérêt pour la physique quantique, le monde que l’on ne peut pas voir. Plus tard, j’ai appliqué au programme de photographie à Concordia. Quand j’ai pris un cours de peinture, j’ai découvert que la transmission de l’esprit au travers la main se transfère d’une manière plus directe sur le tableau qu’avec un appareil photo. Cela me permettait d’avancer plus rapidement dans mon étude de qui j’étais. Après ma graduation, j’ai loué un studio de peinture et j’ai ensuite pris un cours à l’académie des beaux-arts pour combler mes limites artistiques.

Comment est-ce que tu t’exprimes avec ton art?

Durant mes études, j’ai commencé un nouveau projet où j’exprimais quelque chose de façon inconsciente; je me fiais à l’architecture et au paysage, un peu comme ce que l’on voit dans les cartes de tarot. Chaque partie du paysage représentait mon état d’esprit, alors que l’architecture était liée à mon corps ou à mon ego. Ainsi, le paysage comme émotions et l’architecture comme ego deviennent un dialogue, et c’est à ce moment que j’ai vu le potentiel de m’évaluer.  

«Sublunar Return». Courtoisie: Alex Coma

Quels sont tes projets actuels?

Je monte une exposition où l’une des parties est un rituel avec les quatre éléments. Le nom de l’exposition est «Becoming the Fool»: la carte de tarot du mat représente l’âme qui veut se transformer à travers les 22 arcanes du tarot. Ce rituel en est un de purification — une purification de l’intellect, des émotions, de la volonté et du physique. Donc, pour devenir «the Fool», nous devons réussir à nous équilibrer au travers des quatre éléments.

J’ai fini une toile cette semaine qui est liée à la carte de la tour dans le tarot. Collectivement, nous entrons dans un moment représentatif de la carte de la tour ; nous sommes appelés à nous purifier. Actuellement, une nouvelle idéologie veut s’installer dans notre conscience, il ne faut ni la repousser ni en avoir peur. En d’autres termes, toutes nos anciennes façons de penser doivent être détruites pour faire entrer une ère unificatrice, qui va nous connecter entre humains, la terre et le cosmos.

Un autre projet est mon carnet exposé à la Maison de la culture Marie-Uguay. C’est un carnet inspiré d’une session de tarot où j’ai tiré quelques cartes pour voir ce que j’allais créer. J’ai donc décidé de créer un carnet qui peut servir comme guide afin d’aider les personnes dans la transition vers l’âge d’Horus. Ce carnet est composé d’une suite d’indications simples où il explique comment transformer, d’une manière alchimique, la peur en une énergie positive.

«The Tower». Courtoisie: Alex Coma

Peux-tu élaborer sur l’âge d’Horus?

Ça provient de l’Égypte antique. Avant, le monde était dans « l’âge d’Osiris » composé de patriarcat, de pouvoir et de guerre. Avant cet âge régnait « l’âge d’Isis » (chaque âge dure au moins 2 500 ans). Dans la mythologie égyptienne, l’enfant d’Osiris et Isis s’appelle Horus, donc il représente une synthèse entre le masculin et le féminin. Nous sommes appelés à balancer ces deux forces, de balancer au centre, sans tomber dans l’extrême des polarités. C’est aussi d’être capable de voir les deux côtés des choses en même temps.

Comment produis-tu un rituel magique pour créer ton art?

Progressivement, j’ai compris la force de créer de l’art pour se transformer soi-même, j’ai commencé à faire des œuvres qui étaient interreliées avec ma spiritualité. Des fois, je médite, je fais de l’écriture passive et des fois j’adopte une méthode plus directe et intentionnelle.

Le rituel est très important pour moi puisque c’est un outil très puissant. On a toujours nos idées archaïques attachées à ce concept et elles sont souvent négatives. Le rituel est pourtant très facile à comprendre et l’importance de l’apprentissage des symboles ésotériques a un effet énorme sur notre inconscient.

«The New Aeon Booklet». Courtoisie: Alex Coma

Dans un rituel, le magicien emploie des outils qui représentent chacun une partie divine de lui-même; le but est de créer un système microcosmique qui reflète le macrocosme. Pour toi, est-ce tes outils d’art te permettent de créer ces rituels?

L’art, c’est la prise de décision, plus tu prends des décisions conscientes, plus tu vas créer de l’art qui va te transformer. Dans ce sens-là, c’est comme si notre propre vie devient une œuvre d’art. Quand tu meurs, tu contemples tes décisions prises, et ça peint un tableau — avec l’art, ça permet de faire des micros tableaux, des micros morceaux de ta vie.

Ce que tu dis me rappelle des pièces de théâtre grecques et le potentiel d’avoir une expérience cathartique (vivre une purification émotionnelle à travers le théâtre) en tant que spectateur.rice. Le fait de se mettre dans la position de l’acteur.rice, de s’immerger dans un monde mythologique et magique, peut apporter beaucoup de bénéfices comme le vivent tes spectateurs.rices.

J’encourage les spectateurs à créer leurs propres tableaux. Dans mon travail, je veux créer un rituel où tous les symboles sont présents ; chaque odeur, ambiance, son, tout est associé à un élément divin. Je veux créer un espace d’une personne faisant un rituel; le plus de sens évoqués, le plus puissant est l’expérience. Le but, comme tu dis avec la catharsis grecque, est que les personnes viennent sur place et qu’elles puissent elles-mêmes vivre l’expérience d’un magicien qui fait un rituel. Le but est d’évoquer une sensation, ou même tout simplement d’inspirer.

Vous pouvez voir le carnet d’Alex Coma à la Maison de la culture Marie-Uguay. Ce carnet se trouve parmi 500 autres créés au court de l’automne dernier. La Maison est ouverte du mardi au dimanche, de 13 h à 17 h. Veuillez prendre note que le nombre de personnes admises est limité et que le port du couvre-visage est requis en tout temps.

Pour en apprendre plus sur Alex Coma, visitez son site web ou son compte Instagram.

Share on facebook
Facebook